Avec un taux de scolarisation de 50%  et un faible taux de fréquentation à l’université, nous ne pouvons pas parler du développement durable d’Antsiranana, en particulier celui de Diego- Suarez, sans mentionner la grande contribution des associations dans l’éducation des jeunes et adolescents.

Agir immédiatement

« Agissons d’abord, débattons après ». Un slogan qui nous a particulièrement attiré. L’association AGIR pour Diégo est une jeune association créée il y a 1 an et enregistrée à la fois en France, à Paris, et à Madagascar, à Diego-Suarez. Elle a été fondée par un groupe d’amis malgaches et binationaux vivants dans les deux pays susmentionnés. L’association a pour objectif d’œuvrer dans le domaine social et éducatif dans la région d’Antsiranana et de subvenir aux besoins en matériels et en moyens que connaissent les parents et les établissements scolaires. Son slogan en dit beaucoup. Il renseigne à la fois sur leur manière d’agir : dans l’immédiat et sur les modes de concertations appropriés que les membres de l’association ont choisi pour aller au plus urgent. En effet ceux-ci tiennent la plupart de leurs réunions en ligne, ce qui facilite entre autres les processus d’adhésion.

Réagir à temps

Chez AGIR pour Diego, les membres contribuent aux projets grâce à leurs cotisations mensuelles, leur bonne volonté et leur temps libre. Ils partent du principe que nous devons d’abord essayer de s’en sortir avant de demander de l’aide aux autres. Par cette politique, ils communiquent l’importance d’être responsables de soi-même, et rappellent que nous sommes les premiers concernés par nos problèmes.

Les membres
Les membres de l’association en préparant les matériels à envoyer à Diego-Suarez

L’association s’appuie entièrement sur les cotisations de ses membres, qui se trouvent pour la plupart en France, à Madagascar et en Turquie, pour réaliser ses projets. Et tout cela en toute transparence et démocratie.

Parlons-en des actions réalisées

Ayant le but d’appuyer l’éducation et la jeunesse pour un avenir meilleur, l’association a plusieurs projets à son actif, dont la mise en place d’une salle informatique avec connexion internet au Lycée Mixte de Diego-Suarez et le projet de réaménagement d’une médiathèque en cours de discussion avec les responsables locaux. Pour réaliser ces projets, l’association a déjà acheté, acquis, reconfiguré et envoyé une quarantaine d’ordinateurs sur place. Mais bien au-delà, la plus grande réussite d’AGIR pour Diego à ce jour, est l’installation d’une structure éducative beaucoup plus pérenne et à long terme. Il s’agit d’un contrat d’engagement mutuel avec un établissement éducatif avec lequel l’association finance la totalité des matériels et logistiques utiles pour l’éducation des jeunes et adolescents vulnérables. L’association assure également la maintenance et le remplacement de ces machines en cas de défaillance. Mais leurs actions ne s’arrêtent pas là, ils contribuent également à l’apprentissage et à la vulgarisation des outils informatiques par le biais d’ateliers et de concours. Ils participent aussi au renforcement des capacités des jeunes sur l’utilisation de ces machines afin que ceux-ci ne soient des analphabètes du 21ème siècle.

Matériel
Les matériels fournis par Agir pour Diego

« Notre message est très simple : il est temps de faire bouger le pays, il est temps de devenir un acteur pour votre ville, votre pays. N’attendez pas que les autres pays ou organisme viennent vous aider car si c’était la solution on ne serait pas au point où nous en sommes aujourd’hui. Agissez, inventez, bousculez et changer votre quotidien car vous êtes le mieux placés pour le faire ».

Arnaud Volatombo, Membre fondateur et Président d’Agir pour Diego

Perspectives d’Agir pour Diego

L’association souhaite mettre en place une structure socio-éducative performante à Diego-Suarez, car ils estiment que le meilleur moyen d’aider la population c’est d’éduquer la jeunesse et de l’aider à s’en sortir par elle-même. Agir pour Diego accueille des nouveaux membres à tout moment. Toute personne ayant diverses compétences, à l’international ou sur Madagascar, peut renforcer leur rang dans l’association.